Karl Krall et ses chevaux savants

Les chevaux savants

Un cheval peut-il apprendre à lire et à compter ? Un autre ramasse-t-il un chapeau à la demande de son écuyer de façon consciente ? Au XVIIe siècle, Mauraco et son écuyer Pietro furent brulé en place publique à la suite de ce type de démonstration. Deux siècles plus tard, un autre cheval attira l’attention du grand public de façon heureusement moins dramatique : Hans le malin, appartenant au mathématicien allemand excentrique Wilhelm von Oslen, semblait avoir développer la capacité à résoudre des calculs simples.

Pour répondre à la controverse sur les facultés réelles de ce cheval, le professeur Pfungst mis au point des protocoles expérimentaux afin de décrypter et analyser les raisons de son comportement. Édouard Claparède les résuma ainsi : « Vous savez aussi qu’un élève du Laboratoire de Psychologie de Berlin, M. Pfungst, à la suite d’expériences longues et très bien conduites, du moins à ce qu’il semble, est parvenu à cette conclusion que les réponses que donnait Hans aux questions de tout genre qu’on lui posait ne relevaient pas d’une activité intellectuelle véritable, mais étaient simplement dictées par les mouvements que faisait inconsciemment celui qui le questionnait. »
Malgré ces résultats, un riche bijoutier du nom de Karl Krall, racheta Hans et entreprit le dressage d’autres chevaux, dont Muhamed et Zarif, en suivant les préceptes du mathématicien von Oslen. Mais la première Guerre mondiale emportât tous ces animaux savants dans la tourmente.

Aujourd’hui, de nouvelles études en cours suggèrent que le cheval possède des facultés cognitives avancées sur les concepts numériques ou sa capacité à mémoriser. C’est ce que tente démontrer le laboratoire du primatologue japonais Tetsuro Matsuzawa.

 

Karl Krall et Zarif
Karl Krall et Zarif

En savoir plus: