Colloque — « Sports équestres : Jeux et enjeux »

Le cheval au château de Versailles du XVIIe siècle aux JO de Paris 2024

Colloque de La Bibliothèque Mondiale du Cheval, 1er août 2024, château de Versailles.

Programme

Matin (9 h00)
Ouverture du colloque par Ingmar de Vos, président de la Fédération équestre internationale (FEI), et Pascal Buléon, directeur de la Maison de la recherche en sciences humains (MRSH) de l’université de Caen, qui développe La Bibliothèque Mondiale du Cheval.
 
- Le cheval et le château de Versailles : trois siècles d’histoire partagée
Élément constitutif de la création du domaine de Versailles sous Louis XIII et Louis XIV, le cheval a été omniprésent à la cour durant tout l’Ancien Régime : auxiliaire des chasses royales, des promenades galantes dans le parc, attribut du pouvoir dans les moments cérémoniels. Son empreinte, au-delà des majestueuses Grande et Petite Écuries du roi, chefs-d’œuvre de Jules Hardouin-Mansart, émaille les décors artistiques des appartements du château et des jardins. La réussite de cette alliance entre cheval et monarchie explique la persistance des politiques aux époques ultérieures, quels que soient les régimes : l’histoire d’un éternel retour du cheval, entre désir de se référer à la glorieuse époque et adaptation à la contemporanéité.
Karine Mc Grath, historienne et cheffe du département des archives du château de Versailles.
 
Suivi d’une intervention de Pierre-François Prioux, président de la Société de Vénerie.

- L'équitation à Versailles du XVIIe siècle à nos jours, caractéristiques et évolutions
Au XVIIe siècle, l’École de Versailles marque « l’apogée de l’équitation » (L’Hotte) et symbolise l’excellence, considérée aujourd’hui comme un des plus beaux courants de l’équitation de tradition française. C’est dans ce lieu privilégié que vont s’établir, puis se propager, les règles quasi définitives qui régiront l’art équestre. Une pléiade d’écuyers va y rechercher la « perfection » : que le cheval puisse retrouver, sous la selle, la légèreté et la grâce qu’il possède naturellement.
Guillaume Henry : instructeur d’équitation, éditeur, historien du cheval et écrivain.

- Le dressage aux Jeux olympiques, une évolution dont le général Decarpentry jeta les bases. Regards.
En créant le projet de l’olympisme moderne, le baron de Coubertin donnait une place à l’équitation, et au dressage en particulier. Les règlements ont évolué vers leur forme contemporaine impliquant l’expertise académique du général Decarpentry, s’adaptant à la réalité des confrontations internationales, devenues civiles et mixtes, faisant évoluer l’esprit et les techniques, non sans débats entre tradition et progrès, notamment en élevage.
Au-delà de l’olympisme, l’équitation touche désormais tous les publics, alors que les enjeux d’un tel développement alertent sur la nécessité d’en maîtriser l’essor.
Alain Francqueville, ancien écuyer du Cadre Noir. Président de la Mission pour la culture équestre.
 
Après-midi (14h00)

- Pierre de Coubertin et le grand manège olympique (1894-1924)
Déjà au programme dans l’Antiquité, les sports équestres sont prévus aux Jeux olympiques rénovés dès Athènes en 1896. Ils connaissent toutefois des débuts chaotiques jusqu’en 1912 (Arthur Gallois). Le lien entre les sports équestres et l’olympisme puise sa source dans la personnalité du baron Pierre de Coubertin (1863-1937), dont le projet consiste à former une chevalerie moderne, les « sportsmen » (Patrick Clastres). Auteur d’un traité d’escrime équestre et inventeur du pentathlon moderne, Coubertin a publié sur le cheval ou en référence, même métaphorique, avec l'animal (Arnaud Richard et Carine Duteil).
Arthur Gallois : doctorant (Unil/Paris 1) en histoire contemporaine et chargé de recherche au Comité national olympique et sportif français (CNOSF).
Patrick Clastres : professeur à la faculté des Sciences sociales et politique de l'université de Lausanne (Unil), directeur du Centre d'études olympiques & de la globalisation du sport de l'Unil.
Arnaud Richard : professeur des universités en sciences du langage à l'université de Toulon et président de l'Académie nationale olympique française (ANOF).
Carine Duteil : maître de conférences HDR à l’université de Limoges en sciences du langage, membre de l’Académie nationale olympique française (ANOF).

Suivi d’une projection vidéo sur Blanche de Marcigny, première cavalière olympique française aux Jeux olympiques de Paris en 1900. (Stéphane Gachet et Erwan Mellec, 7 min).

Panorama photos des sports équestres des Jeux olympiques de Paris 1924.

- La mixité des sports équestres : un atout pour le Comité International Olympique (CIO)?
La mixité en équitation, unique dans le programme des Jeux olympiques, fait écho aux enjeux contemporains d'une société en quête d'égalité des genres. Néanmoins, la mixité ne signifie pas nécessairement, selon les disciplines (dressage, concours complet, saut d’obstacles), la parité et l'égalité dans la quête de succès. Cette analyse a pour dessein de mieux comprendre la complexité de la situation et de ses forts enjeux, interrogeant la place des femmes dans ce sport singulier et le parti que les Jeux olympiques peuvent en tirer.
Sylvine Pickel-Chevalier, professeur des universités, géographe, ESTHUA, université d'Angers.

- L’équitation aux Jeux olympiques, entre humanisme et « animalisme »
L'équitation, seul sport au programme olympique à se pratiquer avec et à égalité avec un animal : face à une société en pleine évolution et aux critiques « animalistes »,  cette singularité ne témoigne-t-elle pas, au contraire, d’une part d’humanisme, valeur propre au mouvement olympique, et donc d’un argument pour le maintien indiscutable de l’équitation dans le programme de ce dernier ?
Jean Pierre Digard, directeur de recherche émérite au CNRS, membre de l’Académie d’agriculture de France.

Suivi d'un témoignage de Pierre Durand (Champion Olympique de saut d’obstacles  à Séoul en 1988).
 
- Conclusion
Xavier Libbrecht, journaliste, chargé de projet de La Bibliothèque Mondiale du Cheval, MRSH/Université de Caen.

Allocutions de clôture de Serge Lecomte, président de la Fédération française d’équitation (FFE), et d'Hervé Morin, président de la région Normandie, qui soutient La Bibliothèque Mondiale du Cheval.

Retransmission

Le colloque sera diffusé en direct sur cette page et sur le site Clip My Horse

Jeux olympiques bien-être animal colloques histoire